Hommage au kayak – l’éloge du temps

Dites nous ce que vous cherchez

Nous avons plein d'articles en stock !

Hommage au kayak – l’éloge du temps

Le kayak est utilisé depuis plus de 2000 ans.

Une embarcation intemporelle et qui suscite toujours l’intérêt des passionnés de voyages au fil de l’eau.

Longtemps utilisé pour la chasse, et pour les déplacements, par les Inuits. Entièrement intégré au quotidien, tout le mode de vie s’organisait autour de ce moyen de déplacement. L’habileté en kayak permettait de jauger la maturité et la position sociale de chacun. Un patrimoine culturel considérable. Et une aide à l’adaptation aussi : prospérer et survivre dans l’Arctique, explorer, trouver des ressources naturelles, rester en contact avec les autres communautés inuites.

Traditionnellement, entre 4 et 7 mètres, il pouvait contenir toute une famille, mais généralement 2 ou 3 personnes.

La structure légère, en bois flotté, et la membrure en branche de saule le plus souvent. Le tout était recouvert de peaux de phoque ou de caribou. Pour avancer, les voyageurs empruntaient des pagaies en bois, à une seule pale ou bien deux à chaque extrémité.

Comment maintenait-on l’embarcation étanche ? Le voyageur portait une parka attachée autour de l’entrée de la cale.

 

D’autres embarcations se montaient complètement ouvertes au niveau du pont : on parle de l’umiak, traditionnellement inuite aussi.

 

Un bel hommage à ce moyen de déplacement ou d’évasion au rythme de l’eau : le défi kayak ‘’Jeunes Musiciens du Monde’’ organisé chaque été au Québec et permettant de remonter le fleuve Saint Laurent en quelques jours entièrement en kayak, depuis Montréal.

 

Prochain départ le 9 août 2018 ! Nos guides Karavaniers kayakistes y participeront !

 

Le projet permet également de lever des fonds au profit de l’aide aux enfants issus de milieux à risque, par des activités musicales offertes gratuitement.

 

 

https://www.jedonneenligne.org/jeunesmusiciensdumonde/campagne/DefiKayak/

 

800px-Représentations_de_canoes,_de_kayaks_esquimaux_et_de_harpons_en_1722

Canoes, kayaks esquimaux et harpons, région de la baie d’Hudson, 1722.

Karavaniers

Karavaniers

«Un camp de base à échelle humaine, sept à huit spécialistes voyages qui pour la plupart sont aussi guides. Un peu plus de 1000 voyageurs par an... assez pour nous donner les moyens de nos ambitions et assez peu pour nous permettre de rester des artisans du voyage d'abord.»

LEAVE A COMMENT