Lémuriens de Madagascar

Dites nous ce que vous cherchez

Nous avons plein d'articles en stock !

Lémuriens de Madagascar

IMG_0137

Au bureau chez les Karavaniers, Mariana revient tout juste de Madagascar et nous parle de sa passion pour les lémuriens :

Je viens de retourner d’un voyage magique ou les animaux endémiques sont les vedettes du pays.

Je rêvais depuis longtemps de voir les lémuriens. Avant de partir en voyage, j’ai appris qu’il y a plusieurs spécimens et qu’une des hypothèses de pourquoi ils sont à Madagascar est que quand l’île s’est détaché de l’Afrique (Godwana à l’époque) et quelques-uns furent transportés par la branche d’un arbre. Ils se sont adaptés à leur nouvelle maison. Ils sont évolués et se sont diversifiés tant dans leur comportement que dans leur morphologie.

Ils comprennent les plus petits primates au monde et comprenaient autrefois certains des plus grands.

Depuis les années 1980, il y a eu une forte augmentation du nombre d’espèces et de sous-espèces de lémuriens reconnues, à la fois par la découverte de nouvelles espèces et l’élévation de sous-espèces existantes au niveau d’espèces à part entière.

En 2011, on compte près d’une centaine d’espèces ou sous-espèces de lémuriens qui sont divisées en cinq familles et quinze genres.

Voici les cinq familles :

  • Cheirogaleidae- souris/nain lermur
  • Daubentoniidae- Aye-aye
  • Indridae- Sifakas (laineux lemurs)
  • Lemuridae – vrai lemurs
  • Megaladapidae- lepilemurs

Nous pourrions les sous-classifier non-scientifiquement par nocturnes et diurnes, les premiers sont notablement plus petites et plus difficiles à voir. Les familles cheirogaleidae, daubentoniidae et megaladalidae ont des activités nocturnes.

Les lémuriens sont des animaux vocaux. Ils font des sons qui vont des grognements et murmures des lémuriens bruns et sifaka, aux gazouillis de lémuriens souris au cri pleurant sinistre de l’Indri, qui a été comparé à un croisement entre une sirène de police et de la chanson d’une baleine à bosse.

Un de mes préférés est le lémur Sifaka. Chez eux dans les arbres, sifakas sont de puissants cavaliers, mais sur le terrain, ils sont quelque peu maladroits en raison de leurs pattes écartés. Comme les arbres dans leur habitat sont souvent dispersés, les sifakas traversent  le terrain ouvert par sauts sur leurs pattes arrière avec bras en l’air. Ils sont souvent appelés « lémuriens de danse.  » Le régime alimentaire des sifakas est composé de feuilles, de fleurs, d’écorces, de graines et de fruits. La gestation dure entre 130 et 140 jours, les naissances se produisant généralement entre juin et septembre. Le nouveau-né, qui pèse environ 40 grammes, s’accroche d’abord au ventre de sa mère où il demeure les trois premiers mois de sa vie. Il est ensuite transféré sur son dos pendant trois autres mois, avant d’accéder à l’autonomie.

Le maki (lémur catta) est sans doute une des plus populaires. Ils vivent dans les arbres et s’organisent en sociétés matriarcales d’une vingtaine d’individus. Ils se déplacent en bande et peuvent faire des sauts de plus de 10 mètres. Ils sont frugivores et vivent environ 20 ans. La femelle porte un à deux petits et la gestation dure entre 120 et 136 jours.

Aujourd’hui tous les lémuriens sont menacés par la déforestation. Depuis l’arrivée des humains, il y a 2 000 ans environ, ils ont vu leur territoire progressivement se limité à 10 % de l’île, soit environ 60 000 km2, et beaucoup sont menacés d’extinction.

 

IMG_0168

Mariana

Mariana

Comments are closed here.