Deux Papous explorent le monde occidental.

Dites nous ce que vous cherchez

Nous avons plein d'articles en stock !

Deux Papous explorent le monde occidental.

Les grands explorateurs ont marqué l’histoire de leurs découvertes. Leurs aventures ont souvent été relatées dans de nombreux livres et récits; certains ont donné leur nom à des écoles, des places, des rues, des ponts… Lorsque nous allons au Panama rencontrer le peuple Kuna, avec un ½il prêt à s’émerveiller derrière l’objectif de nos caméras, lorsque, sourire aux lèvres et mains tendues, nous faisons la connaissance des Sherpas et mettons nos pas dans les leurs dans les montagnes himalayennes, lorsque nos hôtes crétois partagent avec nous un verre de Raki… alors, on observe ces personnes, leurs cultures et valeurs, essayant de les comprendre, d’apprendre leur fonctionnement et les fondements de leurs sociétés. Mais… voilà que l’inverse arrive!! En 2003, deux Papous sont allés visiter la France et découvrir la tribu des français… Voici l’exploration inversée!!!

Mundiya Kepanga et Polobi Palia viennent de la tribu des Hulis, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Marc Dozier quant à lui est un jeune photographe français qui assiste à une fête en dans cette lointaine contrée. S’approchant d’un des danseurs Hulis, il lui demande s’ils l’accueilleraient quelque temps chez eux pour faire un reportage. C’est Polobi qui lui ouvre la porte du village, en ce mois de septembre 2002. Marc y retournera de nombreuses fois jusqu’au jour où il décide de rendre la pareille à ses amis : c’est aux Papous de venir chez lui ! Lors d’un premier voyage en 2004, Mundiya et Polobi découvrent un autre monde, définitivement loin de ce qu’ils connaissent et de leurs habitudes. Cette expérience s’est répétée… donnant lieu à un documentaire et à un livre où les papous livrent leurs réflexions sur nos sociétés occidentales. Nous vous contons ici quelques anecdotes tirées du livre « La Tribu des Français vue par les Papous ».

En visitant La Défense, le quartier des affaires de Paris, Mundiya et Polobi s’étonnaient devant tout ce qu’on peut faire construire : « La tribu des villes est vraiment la plus étonnante de toutes les tribus de France. (…). Leurs maisons sont tellement hautes qu’elles pourraient contenir un village entier. C’est fou ! ». Mais ce qui étaient peut-être encore plus étrange, ce sont les relations entre les personnes : « Il y a aussi autre chose que je trouve très bizarre, c’est que les familles habitent entassées les unes au-dessus des autres dans de grandes cases mais elles ne se connaissent pas! ». Enfin, en observant les coutumes conjugales et domestiques, ils furent surpris que les couples dorment ensemble, alors que traditionnellement les hommes Hulis vivent entre eux et les femmes de leur côté avec les enfants : « C’est bizarre ici, les hommes dorment toutes les nuits avec leur épouse. On dirait qu’ils n’ont pas peur de mourir à cause de la magie des femmes. Comme s’ils ne savaient pas que trop faire l’amour est dangereux pour la santé! ».

C’est en regardant les hommes se bousculer pour aller au travail qu’ils se sont exclamés « Regarde comme les Blancs marchent vite… Nous, on ne pourrait pas marcher comme ça. Ce rythme nous tuerait! ». Avant d’aller visiter l’Assemblée Nationale, ils allèrent acheter des habits adaptés : un costume avec une cravate, ce qui fait dire à Mudiya « Chez vous, pour avoir l’air d’un chef, il faut mettre une corde autour du cou! ».

Alors qu’ils gravissaient le Mont Blanc en France, Mundiya s’arrête pour reprendre son souffle et lâche « Mais pourquoi diable gravissez-vous les montagnes? Il n’y a rien à manger ici. Il n’y a pas un seul animal, pas de gibier à chasser. Il fait beaucoup trop froid pour réussir à faire pousser des patates douces. Et puis, il n’y a pas de femmes. Alors pourquoi autant de fatigue inutile…? ». Je crains que ce ne soit bien difficile à expliquer, heureusement, il répond seul à sa question en arrivant au sommet, alors que les crêtes s’irisent sous les rayons du soleil couchant : « Maintenant que je suis monté au sommet des montagnes, je crois que je comprends ce que vous recherchez ici. Vous venez pour ressentir les battements de votre c½ur qui se soulève face à la beauté du monde. » Ne serait-ce pas cela voyager? Chercher à ressentir les battements de son c½ur qui se soulève face à la beauté du monde ?!

Julie

1 Comment

  • Marilyn

    Le meilleur reportage sur la vision de l’autre depuis longtemps!

    13/09/2010 at 11:11

Comments are closed here.