Jacques-Yves Cousteau

Dites nous ce que vous cherchez

Nous avons plein d'articles en stock !

Jacques-Yves Cousteau

«Le bonheur pour une abeille ou un dauphin est d’exister. Pour l’homme, c’est de le savoir et de s’en émerveillerer» Voilà  ce que disait le Jacques-Yves Cousteau, célèbre océanographe et scientifique français qui a révolutionné le monde de la plongée sous-marine et de la connaissance du milieu marin.

Vous le connaissez bien sûr, mais saviez-vous qu’il n’est pas né avec son bonnet rouge? Et que celui-ci avait une signification bien particulière ? En effet, il l’a utilisé dans ses documentaires L’Odyssée sous-marine du Commandant Cousteau qui visaient à émerveiller autant qu’à  informer dans le but de faire aimer – et donc respecter – la mer à ceux qui les regardaient. Son bonnet rouge était alors porté par l’équipe Cousteau en référence à celui que portaient les prisonniers du bagne de Toulon, bagnards qui étaient alors fréquemment « volontaires désignés » pour des interventions hasardeuses en scaphandre. Et aujourd’hui, alors que l’explication est peu connue, reste l’image d’un homme à tuque rouge.

Mais pourquoi le titre de « commandant » pour un homme qui sillonnait les fonds marins ? En 1930, Jacques-Yves Cousteau fête ses 20 ans et entre à l’école Navale en France, où il devient canonnier. Mais c’est en 1936 qu’un ami lui fait essayer des lunettes sous-marines, ancêtres du masque de plongée, qui font basculer définitivement sa vocation vers les mers et océans. Les années de la Seconde Guerre Mondiale sont décisives pour le monde de la plongée. C’est à cette période qu’il co-invente le boitier étanche pour caméra et caméraman avec Émile Gagnan. Le scaphandre moderne autonome, désormais libéré du cordon qui alimentait le plongeur en air, fournit de l’oxygène grâce aux bouteilles d’air comprimé portées sur le dos. Il développe également une « soucoupe des fonds sous-marins » et des bathyscaphes qui facilitent l’exploration du fond des océans. L’appareil fait descendre les plongeurs jusqu’à 350m de profondeur!

Il quitte la Marine en 1950, après avoir notamment travaillé dans l’espionnage ou le contre-espionnage. Grâce à l’aide d’un mécène britannique, il achète alors le célèbre navire baptisé Calypso qui devient rapidement le premier laboratoire expérimental de l’océanographie française. Équipé des instruments scientifiques les plus modernes, il peut remplir des missions de topographie, d’acoustiques, de géophysique, d’archéologie sous-marine ou de géologie.

Cinq ans plus tard, le Commandant s’intéresse au cinéma et sillonne la mer Rouge et l’océan Indien où il tournera avec le cinéaste Louis Malle le film le Monde du Silence qui sera primé à Cannes. Le public se passionne dès lors par ses aventures et la popularité de Jacques-Yves Cousteau ne décroitra plus. Il tournera de nombreux films et documentaires.

D’autres projets ont cherché à repousser les limites de la connaissance des grands fonds et notamment celui de la « maison sous la mer » appelé « Précontinent ». L’idée était de faire descendre sous l’eau des hommes dans un cylindre étanche dont la pression serait identique à celle des fonds marins pour faciliter leur sortie en mer. La première expérience dure une semaine et la « bulle » est déposée à 10m de profondeur ; elle sera suivie d’une deuxième expérience puis d’une troisième, à la suite desquelles le projet est abandonné au vu de la santé des océanautes après un mois dans le « monde sans lumière » et pour des raisons de rentabilité.

Il avait deux enfants de son premier mariage (en 1937) et se remarie en 1991 après la mort de sa femme avec la mère de ses deux autres enfants. En 1979, alors qu’il travaillait avec son deuxième fils, son successeur avec qui il coproduisait tous ses films depuis 10 ans, celui-ci se fait décapiter par l’hélice de son hydravion. Jacques-Yves Cousteau en restera profondément affecté toute sa vie. Il demande alors à son fils ainé de collaborer mais leur relation se détériorera à la suite de son second mariage.

Le Commandant Cousteau décède en 1997 à l’âge de 87 ans. Le bateau subit les conséquences des questions d’héritage et reste à quai de nombreuses années. Il est sauvé en 2007 et entre alors en restauration. La fondation équipe Cousteau et The Cousteau Society restent active dans la protection des fonds sous-marins et la perpétuation des valeurs et des actions du Commandant. Et depuis 2009, une île de la Mer de Cortes en Basse-Californie porte son nom en hommage à celui qui avait baptisé cette mer d’ « aquarium du monde ». La Basse-Californie, vous connaissez ? Nous y allons en kayak de mer en octobre…

Julie

bust-of-great-viking-explorer-leif-eriksson

Leif Erikson

Comments are closed here.